Bulletin de janvier 2017

popularité : 55%

Chacune de nos vies est un « petit Vendée Globe ».
Il y aura « mer calme » - « grosse mer » et peut-être même « tempête »…
En vous souhaitant une traversée 2017 la meilleure possible !

Joyeux Noël
Bonne Année

Il y a des textes d’Evangile que nous avons parfois l’impression de connaître par cœur et l’histoire des rois mages est un de ceux-là. Une belle histoire que ces mages qui viennent voir Jésus guidés par l’étoile. Si on demandait à un enfant : c’est quoi cette fête des rois mages, cette fête de l’Epiphanie, je suis à peu près sûr qu’on entendrait : c’est la galette des rois et puis peut être Jésus qui est venu pour le monde.

L’Epiphanie, les rois mages… qu’est-ce que ça veut dire pour nous ? En regardant cette page d’Evangile plusieurs choses m’ont frappé.
La première : les mages, tout païens qu’ils sont, sont en recherche du Dieu qu’ils ignorent. Les croyants de Jérusalem, eux, s’imaginent le posséder, le connaître une fois pour toutes. On leur demande où doit naître le Sauveur, ils ont immé-diatement la réponse, ils estiment ne rien à avoir à apprendre des autres. Les mages eux, ont faim et soif de Dieu ; ils cherchent à le découvrir. Pour trouver Dieu, pour découvrir le Christ, il faut chercher.

Mais il y a une troisième chose nécessaire pour découvrir Jésus Christ ; une troisième chose toute simple, mais c’est la plus difficile. Il faut faire comme les premiers apôtres de Jésus : se mettre à son écoute, et commencer à le suivre sans attendre d’avoir parfaitement découvert qui il est.

Oui, c’est ce qu’on fait les apôtres : ils ont suivi Jésus, ils sont devenus ses disciples, et c’est longtemps après qu’ils ont vraiment découvert que cet homme Jésus, c’était le Messie, l’envoyé de Dieu, et même le Fils de Dieu. Ils ont risqué.

La vraie foi, c’est toujours un risque et celui qui ne risque rien ne trouvera jamais rien.

Les autorités juives
s’imaginaient avoir
trouvé Dieu
parce qu’elles
connaissaient
leurs doctrines
religieuses.
Mais Dieu, n’est pas
une doctrine ; Dieu n’est pas un dogme ; Dieu c’est quelqu’un, et on n’a pas fini de le connaître.

Cherchons-nous Dieu ? Dans la prière ? Dans l’Evangile ? Dans la réflexion personnelle ? Dans les échanges avec d’autres chrétiens ?
Une deuxième chose me frappe à propos des mages : ils avaient certainement leurs croyances personnelles, leur manière de penser, leur mentalité. Or, ils n’hésitent pas à remettre en question tout cela pour aller à la recherche de Dieu. Ils ne sont pas prisonniers de leurs idées personnelles ; ils sont conscients d’avoir bien des choses à découvrir. Alors ils sont prêts, ils sont ouverts à la lumière. Les croyants de Jérusalem, au contraire, sont prisonniers de leurs certitudes ; ils sont enfermés à tout ce qui leur viendrait de l’extérieur ; ils prétendent tout savoir.
La découverte de Dieu, la rencontre de Jésus Christ c’est le début d’une aventure jamais terminée, une aventure qui mène on ne sait où. Mais comme les mages, il ne faut pas avoir peur, pour s’y lancer, de quitter nos certitudes un peu trop confortables.


Jésus disait un jour :
« Celui qui fait la vérité
vient à la lumière ».
Cela veut dire : pour trouver
la pleine lumière,
pour découvrir pleinement
qui est Jésus,
commence donc par
le suivre dans ses solidarités avec les petits, les pauvres, tous ceux qui souffrent et tous ceux qu’on rejette.

Pour découvrir peu à peu qui est Dieu, commence donc à suivre Jésus dans sa prière, en priant toi-même avec lui et comme lui, et tu viendras à la lumière.
Pour découvrir ce qu’est l’Eglise, commence donc par rejoindre quelques chrétiens pour créer avec eux une communion agissante de foi et d’amour, et tu parviendras à la lumière.
L’Epiphanie,
c’est la fête de tous ceux qui cherchent Dieu et se mettent en route à la découverte de
Jésus-Christ. Alors, que nous soyons tous des chercheurs de Dieu et que notre vie soit toujours plus, fidèle à l’Evangile.

<p align=right<Abbé Jean BUTON

L’Epiphanie dans le monde

Les MAGES sont certainement les personnages les plus populaires de la crèche.
On ne sait pas exactement d’où ils viennent, on ne connait pas leur nombre et on ne les désigne pas non plus comme roi. Finalement on ne sait pas grand-chose sur eux.
Sans doute étaient-ils astrologues, l’astrologie jouait un rôle déterminant dans la vie de l’époque de Jésus.

Les mages offrent l’encens, l’or et la myrrhe, cadeaux de prix habituels au Moyen-Orient


Plus tard on attribue une symbolique à ces trois cadeaux : l’or est réservé aux rois, l’encens est offert aux dieux, et la myrrhe, résine précieuse utilisée pour les inhumations, annonce la Passion et la mort de Jésus.

L’Epiphanie est une fête importante pour bon nombre d’Eglises dans le monde, ainsi les orthodoxes ne fêtent pas Noël le 25 décembre, mais le jour de l’Epiphanie, en Espagne on offre des cadeaux ce jour-là également ; sans doute ont-ils raison de fêter l’Epiphanie plutôt que Noël.

Parmi les personnages de la crèche, les bergers seront les premiers à adorer Jésus, les bergers sont souvent des pauvres qui vivent en dehors de la société juive de l’époque, mais ils représentent aussi les bergers d’Israël, pour citer quelques noms connus on peut penser à Abraham, Moïse, le roi David et un grand nombre de prophètes. L’adoration des bergers représente ainsi celle de tout le peuple juif issu de l’Ancien Testament.

Les mages eux sont de parfaits étrangers, ils symbolisent donc l’adoration des païens, c’est sans doute pour cela que petit à petit les Mages vont symboliser les trois continents connus de l’époque, les trois âges de l’homme (adolescence, jeunesse, vieillesse), cela signifie que la naissance de Jésus ouvre une ère nouvelle où la révélation de Dieu est universelle et non plus destinée au seul peuple, élu (peuple juif).

Olivier BLENEAU

Ça s’est passé en décembre …

- Quand l’Equipe Pastorale de St Pierre-des-Deux-Lays et St Etienne-de-Grammont rencontre l’Equipe Presbytérale de la paroisse protestante du Haut Bocage.

Semaine de Prière pour l’unité des Chrétiens
du 18 au 25 janvier

- Traditionnellement une célébration avait lieu à Mouchamps au Temple ou à l’Eglise. Pour permettre d’élargir la participation cette année, cette célébration aura lieu à l’Eglise de Chantonnay le 19 janvier à 20h30 avec le pasteur de Mouchamps Olivier DELACHAUX

- Le 1er dimanche de l’Avent : Les communautés paroissiales de St Pierre des 2 Lays et de St Etienne de Grammont, ont accueilli au cours de la messe, les 37 confirmands et leurs tuteurs. Chacun répondant à l’appel du Seigneur : pour les jeunes en acceptant avec joie, de cheminer vers la confirmation ; pour les tuteurs en acceptant d’accompagner, de guider le jeune qui lui est confié. Pour la Paroisse Ste Croix, la démarche de constitution de groupes de jeunes, est en cours.

- Le 2ème dimanche de l’Avent : Les enfants et jeunes des cinq clubs de L’Action Catholique des Enfants, ont marqué leur Journée nationale, s’exprimant sur leurs actions menées, autour du thème d’année « Prendre le temps ». Par le témoignage de leur vie, dans leur manière de vivre la fraternité, les enfants sont lumière pour tous ceux qui les entourent.

Paroisse St Pierre des Deux-Lays

[bleu marine]Que cette nouvelle année soit sportive à la manière du « Vendée Globe » ou plus tranquille, je souhaite que chacun puisse la vivre intensément, la partager généreusement, en étant attentif à ceux qui naviguent plus à la peine.
Bonne année à tous[/bleu marine]

Jean-Marie Bounolleau