Bulletin de mai 2017

popularité : 32%

Un arbre va grandir
planté au cœur des hommes.
 
Un arbre va surgir
et réveiller le monde.
 
Un arbre va grandir
et transformer le monde.
 
Avec tous ceux qui sèment (s’aiment) on le verra fleurir.
 
Avec tous ceux qui s’aiment - sèment on le verra fleurir

Quel est donc cet arbre ? Cet arbre c’est nous aujourd’hui. Si vous regardez la nature elle montre un merveilleux visage, celui du printemps. Regardez les arbres fruitiers ; il y a quelques jours ils étaient comme nus, et aujourd’hui ils sont tout fleuris ; c’est beau.

Un arbre va grandir, planté au cœur des hommes. Oui cet arbre c’est nous, et les fleurs de cet arbre, ce sont tous nos gestes de partage, nos sourires, nos gestes de solidarité, c’est l’amitié, nos gestes d’amour … Oui avec tous ceux qui s’aiment, on le voit fleurir cet arbre.

C’est l’amour, c’est l’attention que chacun porte aux autres qui construit ! L’amour, l’attention aux autres, peut transformer notre monde, un monde où on voit trop de violence, de mal, de guerre. L’amour, l’attention aux autres, peut transformer notre famille, notre quartier, nos lieux de travail ou de loisirs, notre école, parce que là aussi, il y a le chacun pour soi, parfois même de la violence. Et nous ne savons pas toujours accepter nos différences, alors que nous devrions nous en réjouir.
L’arbre tout fleuri est lumineux, il est beau comme le monde que l’on voudrait, et reconnaissons que ce monde il est parfois noir et gris.

Un arbre va grandir, planté au cœur des hommes … Danielle Sciaky qui a écrit cette chanson veut nous redire fort à nous, chrétiens, que cet arbre c’est la croix du Vendredi saint, la mort de Jésus, mais une mort qui devient vie à Pâques … Il est ressuscité ; et cette résurrection c’est le cœur de notre foi. Cette Résurrection nous invite à l’espérance, nous invite chacun, à notre manière, à transformer le monde ; et c’est bien transformer le monde que de sourire, de porter attention, de pardonner, de tendre la main, payer un café, une visite, un coup de fil, un coup de main donné, partager ce que l’on a, vivre simplement, se réunir pour partager nos différences et peut-être notre foi… multiples gestes de vie…

Accueillons dans les lignes qui suivent quelques-uns de ces gestes de vie.

Abbé Jean BUTON – Chantonnay

Le plaisir de la rencontre

Le dimanche 19 mars, à Rochetrejoux, à l’invitation de la Pastorale des Migrants, une centaine de personnes originaires de seize pays - Géorgie, Maroc, Bénin, Guinée, Cameroun, Sénégal, Syrie, Nigéria, Madagascar, Bangladesh, Côte d’Ivoire, Djibouti, Soudan, Espagne, Angleterre - ainsi que, bien sûr, de France (métropole et Réunion) se sont retrouvées pour un vrai moment de partage et d’amitié.

Chacun était invité à venir avec un plat et, dans la mesure du possible, un jeu de son pays.

Le premier temps a donc été celui du repas partagé, permettant la découverte de saveurs totalement nouvelles pour la plupart.

Avec tous ceux qui s’aiment - sèment on le verra fleurir

Après, au cours de l’après-midi, le programme invitait à découvrir des jeux typiques, mais aussi à prendre le temps avec des jeux connus, pour le plaisir de se rencontrer et de jouer ensemble. Que du bonheur pour les enfants comme pour les grands … et un vrai moment de fraternité.

En octobre 2016, nous sommes partis aux Philippines pour trois semaines.
Pourquoi ce choix ? En premier, pas pour son attrait touristique, bien que nous ayons découvert de superbes paysages, une grande richesse sous-marine et une population très accueillante, mais parce que depuis 2002, nous parrainons un enfant par le biais d’Enfants Du Mékong qui, depuis presque 60 ans, aide à la scolarisation d’enfants nécessiteux en Asie du Sud Est (la Thaïlande, le Laos, le Cambodge, le Vietnam, La Chine du sud, la Birmanie et les Philippines).

En 2002, lors d’un pèlerinage à Lourdes, j’ai rencontré Sœur Hélène (Fille de la Sagesse) qui était comme moi au service des jeunes malades et handicapés.
Elle était en France pour trois mois et m’a parlé d’Enfants Du Mékong.

Elle vit aux Philippines avec trois autres Sœurs depuis 2000.

Elle est responsable d’un programme de parrainage, et a créé avec ces Sœurs une école maternelle soutenue par EDM pour accueillir les petits avant 6 ans. Elle connait bien les situations des familles, visite chaque famille avant de commencer un parrainage et suit les enfants avec le responsable sur place.
Avec tous ceux qui s’aiment –
sèment on le verra fleurir

Elle parle couramment "le cébouano" et "le tagalog", les langues locales, ce qui lui permet d’être bien comprise et respectée par les enfants et leur famille.
Notre parrainage consiste à participer à la scolarisation d’un enfant
(frais d’inscription, uniforme, achat de fournitures et aussi aide à la famille). Nous versons 27 € par mois, après déduction fiscale cela nous revient à 9€. L’échange du courrier est très important, tant pour l’enfant que pour le parrain. Il consiste à des échanges sur la vie de tous les jours, nos joies nos peines. Il est important d’encourager le jeune, de le féliciter sur ses résultats scolaires, ses progrès, il est très sensible à nos opinions, à ce que l’on pense de lui.

Nous avons donc commencé notre parrainage en 2002 en parrainant Lethabeth. De 2010 à 2012, nous avons parrainé Laura. Mais devant son absentéisme et son abandon de l’école, le parrainage s’est arrêté. En novembre 2012, nous commençons notre parrainage pour Maris. Elle avait 9 ans, elle vit dans le bidonville de Minglanilla près de chez Sœur Hélène. Elle a une sœur de 9 ans son ainée. Donc nous avions très envie depuis quelques années d’aller aux Philippines.
Nous avons concrétisé notre projet en octobre 2016. Nous avons rencontré Sœur Hélène qui nous a fait découvrir Cébu, puis elle nous a reçus au sein de sa communauté et de l’école. Maris nous attendait à l’école, excitée à l’idée de nous rencontrer. Elle avait très mal dormi la nuit d’avant (nous aussi). Elle nous a conduits chez ses parents qui nous ont accueillis les bras ouverts dans leur petite maison de bois et de tôles. Maris parle très bien l’anglais et Sr Hélène servait d’interprète pour ses parents. Ils mènent une vie très simple. La nourriture est essen-tiellement faite de riz. Un peu de poisson séché et quelques fruits parfois. Très rarement de la viande. Ils sont souvent obligés d’emprunter pour acheter du riz. Le lendemain nous avions donné rendez-vous à Lethebeth et son fiancé (notre premier parrainage de 2002) près de notre hôtel. Elle était très émue. Quand on marchait, elle me prenait le bras et semblait fière de se promener à nos cotés. Nous avons pu échanger sur sa vie, prendre des nouvelles de sa famille (son papa, sa maman et ses 6 frères et sœurs) de son avenir, de son mariage qu’elle prépare pour l’an prochain, de sa vie professionnelle. Nous avons pris des photos que nous lui avons ensuite envoyées via facebook. Ces rencontres ont été très émouvantes tant pour nous que pour Maris et Lethabeth. Elles ont donné plus de sens, plus de réalité à notre parrainage. Quand nous recevons les lettres de Maris, nous mettons des images, des visages, des émotions sur ce que nous lisons. Nous essayons d’envoyer régulièrement
des lettres, des cartes postales, des photos. Nous savons par ses parents que Maris garde tous les courriers qu’elle reçoit. C’est une goutte dans l’océan, mais pour une somme de 27 €, on peut changer la vie d’un enfant et de sa famille.

MICHELLE et MARCEL

Depuis 2011 nous parrainons un enfant du Bengladesh. Pourquoi parrainer un enfant ? C’est avant tout une histoire de famille, un engagement pris avec nos enfants : accueillir cet enfant et le soutenir comme si c’était le cinquième enfant de notre foyer. Nous avons vécu la découverte de l’identité de Jewel comme une naissance, avec joie et bonheur.

Nous sommes attentifs à sa sco-larité, son évolu-tion et son envi-ronnement. Il nous écrit, nous envoie des dessins comme celui-ci. Cette action donne un intérêt solidaire important pour nous et nos enfants.

Nous avons choisi l’association AJHA qui signifie « Espoir ». Nous sommes sensibles à l’histoire de ces ethnies des Chittagong Hill Tracks du Bengladesh, qui sont persécutées.

A travers ces réfugiés qui vivent en France, nous avons aussi le devoir de témoigner de ces massacres et de soutenir cette population minoritaire.

ELISABETH, MICHEL et leurs enfants

Il était une fois six jeunes filles : Clara, Elodie, Flavie, Jeanne, Julie et Medleen. Avec leur responsable Adeline, elles ont formé un club Triolo en ACE (Action Catholique des Enfants). Ensemble elles ont aussi préparé leur Confirmation. Pendant ce temps de préparation, elles ont rencontré un témoin d’Eglise : Sœur Régine Rainteau, des Sœurs de Mormaison. Sœur Régine est missionnaire à Madagascar et elle est aussi la tante de Flavie et Adeline. De cette rencontre est né un pro-jet : aider les enfants de Madagascar. Elles ont vendu des crêpes, des gâteaux à la sortie des messes pour
envoyer un peu d’argent là-bas.

Après quelque temps, l’envie d’aller voir sur place est venue … Et en juillet 2016 le projet s’est concrétisé ! Ce fut quatre jeunes et deux adultes qui ont pris l’avion en direction de Madagascar, pour treize jours de dépaysement total : découverte du pays, de sa culture, de ses richesses, de sa pauvreté. Treize jours ponctués de rencontres incroyables. Elles en sont revenues changées forcément, même s’il leur a fallu plusieurs mois pour réaliser ce qu’elles avaient vu et vécu.

Une belle réussite pour ces jeunes et leur responsable et un bel exemple pour tous les autres clubs ACE qui ont des projets pleins la tête !

ADELINE

Annonces paroisse St Pierre des deux Lays

Mois de Marie : tous les mercredis, chapelet à 11h à l’église de Sigournais
Tous les lundis : chapelet médité à 15h00 dans l’église de Chantonnay

Mardi 2 mai, 20h30, à l’Espace St Vincent de Paul : soirée-réflexion, pour les deux paroisses, avec le P. Marie-Jo Seiller : « Devenir ensemble, en paroisse, une communauté de disciples missionnaires », selon l’expression du pape François.

 Le Conseil Economique de la paroisse, de manière habituelle, se réunit 3 fois dans l’année. Prochaine réunion jeudi 4 mai.

 Célébration, le 8 mai, 9h : St Mars des Prés

 Suite à la rénovation de la Vierge du Moulin de Sigournais, un temps de prière-bénédiction est proposé à 11h le 13 mai 2017, jour anniversaire du centenaire des apparitions de Fatima

 Dim. 14 mai, Chantonnay : messe avec la présence du comité René Giraudet

 Messe des randonneurs. La veille des « 4 jours de Chantonnay », mercredi 24 mai, messe anticipée de la fête de l’Ascension, 20h, dans l’église de Chantonnay.

 Jubilé du diocèse – 700 ans. Rassemblement pour la fête de la Pentecôte, le 4 juin, au Vendéspace de Mouilleron le Captif. Voici les grandes lignes de cette journée (vous pouvez également consulter le site internet du jubilé, jubile2017.org) :
9h00 : Accueil, animations
12h30 : Repas, buffet
15h : Séquence anniversaire
17h : Messe de la Pentecôte
19h : Envoi

Le 11 juin : Bournezeau 11h00 : Profession de foi