Bulletin de juin 2017

popularité : 12%

« J’aurais encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous n’avez pas la force de les porter. Quand il viendra lui, l’Esprit de vérité, il vous guidera vers la vérité tout entière. »

Fort de cette promesse de Jésus, on croit parfois que presque tout dans l’histoire de l’Eglise, s’est passé sous l’inspiration de l’Esprit Saint. Mais qui peut encore soutenir une telle affirmation ?

Le pape Jean Paul II avait compris que l’Eglise n’avait de loin pas toujours laissé l’Esprit Saint la guider et qu’il fallait demander pardon pour les fautes commises autrefois.

Il faudrait aussi, d’ailleurs, que l’on reconnaisse que l’on commet toujours des fautes … et ne pas attendre des siècles avant d’en prendre conscience ! Non ! Tout ne vient pas du St Esprit dans l’histoire de l’Eglise ! Dieu respecte infiniment la liberté des hommes, y compris « des hommes d’Eglise ». Ainsi, quand le christianisme est devenu « religion de l’Empire romain » et que les chrétiens, de persécutés, sont devenus persécuteurs, ce n’était pas de la responsabilité de l’Esprit Saint. Il y a là une purification de la conscience chrétienne qui n’est de loin pas terminée. Mais « faire la vérité » est exigeant. Pour le coup, il y faut la présence de l’Esprit de vérité !
Mais d’un autre côté, il y a une tendance, aujourd’hui, à prétendre, par exemple, que les écrits du Nouveau Testament, parce qu’ils ont été rédigés plusieurs dizaines d’années après la mort de Jésus, ne sont pas toujours très fiables.

Des « documentaires télévisés, des livres et des revues sèment alors le doute chez beaucoup de chrétiens. C’est oublier cette autre promesse de Jésus, toujours dans St Jean :

« L’Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, lui vous enseignera tout et vous rappellera tout ce que je vous ai dit. »

Aujourd’hui encore, l’Esprit est toujours à l’œuvre pour que
l’Eglise se souvienne fidèlement de l’essentiel du message de Jésus.
C’est l’Esprit qui est la vraie mémoire de l’Eglise. Et lui, ne se trompe pas !
Célébrer la Pentecôte, c’est donc nous souvenir que l’Esprit agit toujours dans le cœur et la vie de tous les baptisés, que toute l’Eglise, donc pasteurs compris, doit sans cesse se laisser façonner, purifier par l’Esprit.

Et que la vérité n’est pas donnée une fois pour toutes. Elle est toujours à découvrir, parce que c’est toujours vrai que l’Esprit nous guide vers la vérité tout entière.

Abbé Jean BUTON Chantonnay

Le Pape François, dans son message « La Joie de l’Evangile » au n° 24, a une parole qui rejoint bien la Pentecôte : « Disciples-Missionnaires »… Il est important pour nous de relire ce passage, même si certaines lignes nous paraissent un peu ardues, parce qu’il nous interpelle tous.

« L’Eglise ‘en sortie’ est la communauté des disciples missionnaires qui prennent l’initiative, qui s’impliquent, qui accompagnent, qui fructifient et qui fêtent.
Prendre l’initiative. La communauté évangélisatrice expérimente que le Seigneur a pris l’initiative, il l’a précédée dans l’amour (1Jn 4,10), et en raison de cela, elle sait aller de l’avant, elle sait prendre l’initiative sans crainte, aller à la rencontre, chercher ceux qui sont loin et arriver aux croisées des chemins pour inviter les exclus. Pour avoir expérimenté la miséricorde du Père et sa force de diffusion, elle vit un désir inépuisable d’offrir la miséricorde. Osons un peu plus prendre l’initiative !

En conséquence, l’Eglise sait ‘s’impliquer’. Jésus a lavé les pieds de ses disciples. Le Seigneur s’implique et implique les siens, en se mettant à genoux devant les autres pour les laver. Mais tout de suite après il dit à ses disciples : « Heureux êtes-vous, si vous le faites » (Jn 13,17). La communauté évangélisatrice, par ses œuvres et ses gestes, se met dans la vie quotidienne des autres, elle raccourcit les distances, elle s’abaisse jusqu’à l’humiliation si c’est nécessaire, et assume la vie humaine, touchant la chair souffrante du Christ dans le peuple.

Les évangélisateurs ont ainsi ‘l’odeur des brebis’ et celles-ci écoutent leur voix.

Ensuite, la communauté évangéli-satrice se dispose à ‘accompagner’. Elle accompagne l’humanité en tous ses processus, aussi durs et prolongés qu’ils puissent être. Elle connaît les longues attentes et la patience apostolique.

L’évangélisa-tion a beaucoup de patience, et elle évite de ne pas tenir compte des limites.

Fidèle au don du Seigneur, elle sait aussi ’fructifier’.
La communauté évangélisatrice est toujours attentive aux fruits, parce que le Seigneur la veut féconde. Il prend soin du grain et ne perd pas la paix à cause de l’ivraie. Le semeur, quand il voit poindre l’ivraie parmi le grain n’a pas de réactions plaintives ni alarmistes.

Le disciple sait offrir sa vie entière et la jouer jusqu’au martyre comme témoignage de Jésus Christ ; son rêve n’est pas d’avoir beaucoup d’ennemis, mais plutôt que la Parole soit accueillie et manifeste sa puissance libératrice et rénovatrice.

Enfin la communauté évangélisatrice, sait toujours ‘fêter’. Elle célèbre et fête chaque petite victoire, chaque pas en avant dans l’évangélisation.

L’évangélisation joyeuse se fait beauté dans la liturgie, dans l’exigence quotidienne de faire progresser le bien.

L’Eglise évangélise et s’évangélise elle-même par la beauté de la liturgie, laquelle est aussi célébration de l’activité évangélisatrice et source d’une impulsion renouvelée à se donner.

Cette invitation du Pape François à être Disciples Missionnaires, est devenue pour notre Doyenné une priorité. Depuis septembre 2016, en Equipe Pastorale, en réunion de Doyenné, cette invitation est vraiment le fil rouge de nos discussions et de nos recherches.

Et nous sommes passés à la vitesse supérieure avec une première rencontre le 2 mai ou tout le monde était invité, rencontre animée par le père Marie-Jo Seillier sur le comment être Disciples Missionnaires dans ce qui fait notre quotidien. Et nous tous en capacité de le faire.

Des personnes ayant participé à cette première rencontre nous en parlent.

Le pape François annonce : "La joie de l’Évangile est pour tout le peuple, personne ne peut en être exclu." Le pape nous demande de sortir pour évangéliser, d’être des "disciples-missionnaires". Nous sommes tous concernés. Nous n’avons pas besoin de devenir des théologiens. Chaque baptisé ayant reçu l’Esprit Saint, a le "bagage" suffisant pour être missionnaire. Même si, aujourd’hui, nous chrétiens sommes en minorité, nous devons "sortir de nos schémas spirituels limités, ne plus être des contrôleurs de la grâce" pour témoigner de l’Amour du Christ sans préjugé, sans jugement. Il y a quelques jours lors d’une réunion de préparation baptême, un jeune papa a eu cette parole. "Je suis croyant et pas pratiquant. Et quand une personne mal attentionnée a une attitude ou des propos agressifs envers moi, j’invoque Dieu et son regard d’amour pour me préserver de l’agressivité et de la haine."

Ouvrons nos cœurs pour aller à la rencontre de l’autre.

ERIC

Disciples Missionnaires, deux mots que nous connaissons mais que veulent-ils dire ?

Par notre baptême, chacun de nous est devenu « disciple » du Seigneur, quels que soient sa fonction dans l’Eglise et le niveau d’instruction dans sa Foi. Chaque baptisé est un acteur de l’évangélisation, d’une façon nouvelle.

Tout chrétien est missionnaire, s’il a vraiment fait l’expérience de l’amour de Dieu, il n’a pas besoin de beaucoup de temps de préparation pour aller l’annoncer.

Par contre, comme le dit le pape François, il faut être « une Église en sortie » c’est-à-dire une Église qui va vers le monde, plus concrètement vers les autres proches de nous.

Lors de la soirée du 2 mai dernier, le père Marie-Joseph Seiller nous a donné des exemples concrets pour aller vers les autres, en osant dépasser nos préjugés sur les personnes que l’on va voir pour demander des services au sein de la communauté. Soyons accueillants envers notre prochain ! Chaque baptisé doit se sentir accueilli par l’église, nous ne devons pas juger.

Ne prenons pas des airs tristes, le baptisé doit rayonner de l’Amour du Christ qu’il va transmettre à ses frères. Il est nécessaire de prendre le temps de lui demander dans la prière, d’ouvrir nos cœurs, pour nous laisser guider sur ce chemin missionnaire, nous laisser envahir de son Amour pour le transmettre à tous nos frères baptisés en Jésus.

Et pour finir, cette ouverture de cœur est source de bonheur, car « Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir » (actes 20,35).

MARIE-PIERRE

L’intervention de Marie Jo Seiller m’a interpellé sur différents points. D’abord cette affirmation du Pape François : « Chaque baptisé, quels que soient sa fonction dans l’Eglise et le niveau d’instruction de sa foi, est un sujet actif de l’évangélisation » affirmation qu’il complète en disant que « tout chrétien est missionnaire dans la mesure où il a rencontré l’amour de Dieu en Jésus Christ. »

Pour moi, cela rejoint d’abord le constat que l’évangélisation des nouvelles générations ne peut plus être faite comme « autrefois », compte tenu des évolutions sociales et culturelles. Un autre point qui m’a interpellé est cette autre phrase du Pape François qui invoque l’Esprit Saint pour venir « renouveler, secouer, donner à l’Eglise l’impulsion pour une audacieuse sortie d’elle-même… »

En résumé, je retiens de cette soirée qu’à travers le baptême que j’ai reçu, j’ai un rôle à tenir et je dirais même que j’ai une obligation à être un « sujet actif d’évangélisation ».

JEAN-JACQUES

Et le 16 mai, la salle de St Vincent à Chantonnay était pleine pour une autre rencontre de Doyenné, afin de continuer notre recherche sur des « disciples missionnaires qui prennent l’initiative, qui s’impliquent, qui accompagnent, qui fructifient et qui fêtent. » Nous en reparlerons !


Annonces paroissiales

- Le 11 juin : Profession de foi, à 11 H – église de Bournezeau.

- Le 15 juin : réunion pour les personnes accompagnant les familles en deuil à 14h30, Espace St Vincent de Paul, à Chantonnay.

- Le 18 juin : La kermesse de l’école St André de Bournezeau débutera par la messe à 11h sur le site de la prairie des Papillons (à l’église en cas de mauvais temps)

- Le 27 juin : Evaluation/bilan de l’année pour les catéchistes du doyenné, à 20h30, salle paroissiale à Ste Cécile.

- Braderie du Secours Catholique :
En prévision de la démolition de ses bâtiments à l’espace St Vincent de Paul, le Secours Catholique organise une braderie, le : vendredi 23 juin, de 10 H à 18 H. Vente de bibelots, de petits meubles et de vaisselle à St Vincent de Paul. Vente de vêtements à l’espace caritatif, rue Alexandre Rochereau.
Le profit de cette vente servira à des demandes d’urgence.

- A noter, pour les mois à venir :
Dimanche 3 septembre : pèlerinage à la Ricotière, avec la présence des confirmands du doyenné.

- Samedi 30 septembre : A l’occasion de ses 80 ans, l’ACE prépare une grande fête. Réservez votre date. Cela se passera au collège Jean Yole des Herbiers

INTENTIONS DE MESSES du mois de juin 2017

L’offrande demandée pour une messe est de 17,00€
Si vous souhaitez donner des intentions de messes pour le prochain bulletin
Veuillez le faire au plus tard le dimanche 11 juin 2017
A noter : Le calendrier des messes est régulier, pensez à bien vérifier vos dates avant de déposer votre demande. Sinon elle sera reportée au mois suivant ou à une autre célébration de la paroisse

Budget paroissial :

Ce tableau, mettant en colonnes le budget de ces dernières années, indique une diminution sensible des recettes pour l’année 2016, alors que les dépenses restent stables. La dernière ligne des dépenses correspond au remboursement de l’achat de l’espace St Vincent de Paul qui arrive bientôt à terme. Mais le retour à l’équilibre ne pourra se faire que si, dans le même temps, les recettes retrouvent, au moins, leur niveau des dernières années.
La paroisse a financé, avec le Secours Catholique, la rénovation de l’ancienne salle de musique dans l’espace St Vincent de Paul. D’autres projets sont en cours, notamment la démolition d’anciens bâtiments, toujours dans l’espace St Vincent de Paul.
Vous comprenez, au vu de ces chiffres, que la paroisse a, plus que jamais, besoin de votre soutien. Merci à tous pour la part que vous apportez. J-Marie B.

Compte Paroisse St Pierre des deux Lays