Bulletin de juillet 2010

popularité : 17%

PERMANENCES du lundi

- 05/07 André PASQUIER 02 51 05 24 78
- 12/07 Jean BUTON 02 51 66 29 61
- 19/07 Henri GAUTRON 02 51 94 30 25
- 26/07 Joseph BOISSEAU 02 51 40 71 33

ABSENCE DES PRÊTRES en juillet

- Du 3 juillet au 26 juillet : Charles Barbier
- Du 3 juillet au 19 juillet : Gaby Preau
- Henri Gautron sera en retraite du 4 juillet au 9 juillet.

  • Cette semaine-là, Joseph Boisseau sera le seul prêtre sur la paroisse. Il n’y aura pas de messe les mardi, mercredi, jeudi sur Chantonnay, Puybelliard, Sigournais.
    - Les autres semaines, les messes sont maintenues, étant entendu que lorsqu’il y a une sépulture, il n’y a pas d’autre messe. On peut toujours se retrouver et prier ensemble à l’heure de la messe.

PERMANENCES AU PRESBYTÈRE

- Du 5 juillet au 30 août, les permanences au presbytère de Chantonnay n’auront lieu que le matin de 9 h 30 à 12 h.

A propos de la célébration des sépultures


- Les prêtres vieillissent et leur nombre diminue. Les sépultures hélas ne diminuent pas pour autant. De moins en moins, les prêtres ne pourront assurer toutes les sépultures.

- Pour faire face à cette situation, déjà des laïcs se sont formés et ont reçu mission de l’évêque pour conduire la célébration des funérailles.

- Dans les paroisses peu pourvues en prêtres, cette formule de sépulture conduite par des personnes laïques est devenue habituelle et appréciée. Sur notre paroisse, de temps à autre, les trois personnes qui ont reçu cette mission assurent ce service.

- Bien entendu, quand une personne laïque ou un diacre conduit une sépulture, il n’y pas la « communion ». Du reste, quand c’est un prêtre, il n’y a pas toujours la communion non plus. Cela veut dire que la messe lors d’une sépulture ne s’impose pas. C’est une possibilité quand la famille ou les proches sont des familiers de l’eucharistie. Mais disons que la manière de célébrer les funérailles n’implique pas obligatoirement la communion.

- Aussi pour éviter de faire des différences entre sépultures conduites par un prêtre, un diacre ou un laïc, nous préconisons que la manière « habituelle » de célébrer les funérailles se fasse sans « communion ».

- Avec l’Eglise de France, nous proposons que, dans ce cas, l’un ou l’autre dimanche qui suit la sépulture, la famille vienne s’unir à la prière de la communauté chrétienne où l’eucharistie est célébrée pour les vivants et pour les morts. Un membre de la famille serait invité à déposer un cierge allumé en signe d’espérance en la résurrection.

- L’Eglise encourage toujours les demandes de messe du souvenir pour les défunts où s’exprime la foi en la vie éternelle.

  • Henri GAUTRON, curé, au nom de l’équipe pastorale



(Texte réfléchi en équipe de doyenné, en équipe pastorale et avec les équipes d’animation de Communautés Chrétiennes de Proximité)

ANNONCES PAROISSIALES

- Bournezeau et St Vincent Puymaufrais

  • Equipes liturgiques : 4 juil : n°1- 11juil : n°2- 18 juil : n°3- 25 juil : n°4-

- Sépultures à Bournezeau et St Vincent Puymaufrais

  • Désormais, quand il y a un décès à Bournezeau ou St Vincent, il convient de prévenir d’abord le presbytère de Chantonnay qui gèrera la demande de sépulture.

QUÊTES du mois

- 4 juillet, 11 juillet, 18 juillet : pour la paroisse
- 25 juillet : Ouvre des campagnes

SÉPULTURES CÉLÉBRÉES SUR LA PAROISSE

- 21/05 Chantonnay Madeleine BOURDET 97 ans
- 21/05 Bournezeau Marie-Ange GILBERT 76 ans
- 14/05 Chantonnay Irène VILLENEUVE
- 25/05 Chantonnay Suzanne LEGER 85 ans
- 26/05 Bournezeau Françoise PARPAILLON 62 ans
- 02/06 Chantonnay Jeanne DUCEPT 85 ans
- 11/06 Chantonnay Bernard RENAUD 76 ans
- 11/06 Sigournais Valère RAUTUREAU 86 ans
- 14/06 Chantonnay Marie-Thérèse NICOROSI 89 ans
- 14/06 Bournezeau Joseph LORIEU 75 ans
- 14/06 Chantonnay Thierry PASQUIET 60 ans

Les vacances « Temps mort » ou « temps ressuscité » ?

Au basket, on parle de « temps mort » pour signifier une pause nécessaire pour un changement de joueur, de stratégie ou pour caser le rythme d’une partie qui vous échappe. Le temps des vacances n’est pas un « temps mort » à moins de revenir au vieux cliché du « bronzer idiot » !
Ce temps ne pourrait-il pas être qualifié de « temps ressuscité » pour souligner notre volonté de redevenir maître de « notre » temps ?
Toute l’année, « on vous met la pression » ! On connaît cette formule qui manifeste bien qu’on est bousculé, harcelé et que nous-mêmes nous bousculons, nous harcelons… Allez… Allez !
Le temps, c’est un don de Dieu pour nous « accomplir », pour déployer nos talents : créer, aimer, travailler, servir… « Ma vie, nul ne la prend, c’est moi qui la donne… » dit Jésus, la veille de sa Passion. Force est de constater que notre vie nous échappe, faute de temps, faute de pouvoir le maîtriser.
Les vacances, quelle que soit leur durée, peuvent nous aider à « ressusciter le temps » en lui redonnant un rythme plus humain, plus naturel… Oui, il faut du temps (encore lui !) pour se « guérir » du réflexe des horaires, des cadences à respecter, des rendez-vous à honorer…
« Vivre le temps ressuscité », c’est se donner des espaces de liberté pour se retrouver soi-même, pour mieux retrouver les autres simplement, gratuitement. C’est aimer, s’asseoir pour prier, méditer, contempler, dialoguer, redécouvrir ce et ceux qui, depuis longtemps, ne retiennent plus notre attention.
« Vivre un temps ressuscité », c’est aussi profiter d’un spectacle, d’une fête, d’un cycle de conférences, d’une halte spirituelle…
« Le temps ressuscité », c’est le temps de l’attention sans la tension, c’est retrouver le rythme de son pas, c’est faire droit au rythme de son cœur.

Père Gérard Favreau, de la Pastorale Ttourisme et Loisirs du diocèse de Luçon