Bulletin de mai 2014

popularité : 30%

A la rencontre du frère venu d’ailleurs

L’hospitalité est la marque de fabrique de l’Eglise » a déclaré Le Cardinal VEGLIO en ouverture de la XXème session plénière du conseil pontifical pour la Pastorale des migrants et des personnes en déplacement.

Depuis de nombreuses années, des migrants et des réfugiés arrivent nombreux dans notre pays, y compris dans notre région. Leur présence nous interpelle, certains même parmi nous vont jusqu’à les accuser de prendre notre travail et notre argent. D’autres affirment qu’on ne peut pas accueillir toute la misère du monde.

Aucun n’arrive en France par choix ou par plaisir. La plupart d’entre eux ont dû quitter leurs familles, leurs amis, leur pays pour vivre plus en sécurité, se soigner et se nourrir. Souvent, nous avons un jugement sévère à leur égard sans connaître les raisons profondes de leur exil dans un pays étranger.

Le pape François nous livre ce message à leur sujet. « Un changement d’attitude envers les migrants et les réfugiés est nécessaire de la part de tous. Il faut passer d’une attitude de défense et de peur à une attitude qui ait comme base la « culture de la rencontre » seule capable de construire un monde plus juste et plus fraternel, un monde meilleur ... Tout être humain est enfant de Dieu. L’image du Christ est imprimée en lui. Il s’agit de voir, nous d’abord, et d’aider ensuite les autres à voir
dans le migrant et le réfugié, non pas seulement un problème à affronter, mais un frère et une sœur à accueillir, à respecter et à aimer pour contribuer à la construction d’une société plus juste, une démocratie plus accomplie, un pays plus solidaire, un monde plus fraternel et une communauté chrétienne plus ouverte selon l’Evangile. »

Prenons le temps de bien comprendre et de bien accueillir ce message du Pape François. L’Eglise se doit d’être le défenseur des migrants et des réfugiés. Dans la Bible, la protection des étrangers se situe au même plan que le soin que Dieu porte aux pauvres, aux veuves et aux orphelins.

Dans ce bulletin, nous recevons le témoigne de migrants qui expriment comment ils ont été accueillis et comment ils vivent leur nouvelle situation dans notre secteur, dans nos communautés paroissiales.

Abbé Louis Marie Roy

Claudia, Abiké, Laurence et Cédric, Lucia, Paul… nous racontent

Je m’appelle Claudia. Je viens de Roumanie. En 2007, mon mari est venu en France pour trouver du travail. En 2009, je l’ai rejoint avec mes filles, afin d’offrir ensemble à nos enfants une vie meilleure.

Pour ma famille tout a été positif en venant ici. Des personnes très gentilles se sont occupées de nous et nous ont aidés pour la nourriture (Restes du Cœur, Secours Catholique ...), d’autres ont discuté avec nous. Le plus important, c’est l’aide que nous avons eue des personnes du Secours Catholique qui nous ont aidés et qui nous aident encore à apprendre à parler et à écrire en français, ce qui est nécessaire pour nous. Je tiens à remercier toutes ces personnes.

Je me sens bien partout, spécialement en Eglise. J’ai des voisins merveilleux
et j’aime beaucoup être avec ma famille.

Claudia

Je m’appelle Lûcia, je suis portugaise et je suis en France depuis le mois d’Août 2013 pour commencer une nouvelle vie. Mon mari était déjà en France depuis environ un an, et une fois qu’il a obtenu un travail en CDI, j’ai été confrontée à la nécessité urgente de prendre une décision : soit rester au Portugal, sans possibilités économiques, soit venir en France avec les enfants, en essayant de survivre.

D’une minute à l’autre, j’ai dû laisser ma famille, mes amis, mon passé... Mais ce n’est rien quand je le compare avec le sentiment d’avoir modifié la vie quotidienne de mes enfants, et en même temps d’avoir laissé mes parents d’un âge avancé.

Dès le premier jour, je me suis sentie très bien accueillie. J’ai appris que rien n’arrive par hasard, et je suis maintenant en France parce que les conditions familiales et économiques m’y ont obligée.

Venir en France a été pour moi une aventure, pleine de péripéties et de petits soucis, mais j’ai découvert avec patience de nouvelles choses et cela m’a appris à ne pas avoir peur de l’inconnu. Assurer l’avenir de mes enfants est ce qui me donne la force de continuer.

J’avoue, avec un peu de honte, que je ne vais pas à la messe souvent ; mais pour moi, il est beaucoup plus facile d’être seule dans l’église que d’être dans une assemblée. Prier, parler avec le Christ exige beaucoup de concentration et de foi. La barrière de la langue ne me permet pas encore de prier en français, alors je me sens beaucoup plus à l’aise de le faire seule et en silence. Je remercie le Christ de ma venue en France ; je prie pour que ma famille et mes amis, que j’ai quittés au Portugal, vivent en bonne santé ; je prie pour avoir du travail, et en particulier je prie pour que mes enfants apprennent à parler le français rapidement, s’intègrent et se fassent de vrais amis.

Lûcia

D’où je viens ? Je viens du Nigeria.
Depuis quand tu es là ? Je suis en France depuis le 3 novembre 2006.

Je suis en France parce que je suis mariée avec un Français. J’ai rencontré mon mari au Nigeria (mon pays d’origine). Il travaillait pour la Délégation Catholique pour la Coopération (DCC).

Qu’est ce que tu as découvert de positif, de négatif en venant ?

A mon arrivée, j’ai trouvé les gens trop curieux, avec des regards bizarres et qui n’étaient pas prêts à répondre à un « bonjour », très renfermés.
Mais, avec le temps, ça a changé et j’ai réussi à me sentir vraiment accueillie. En France, il y a la liberté. On se sent plus en sécurité.

Qu’est-ce qui t’a permis de vivre en famille, en Eglise, dans la commune, le quartier... ?

En famille, on m’a aidée connaître la culture Française.
Etre en Eglise m’a permis de rencontrer des gens, parce que je participe à la liturgie des enfants et à la Pastorale des Migrants. La Pastorale des Migrants m’a permis de rencontrer des gens venant de différents pays.
Dans mon quartier, mes voisins sont sympas avec moi et ils me donnent souvent de bons conseils. Cela m’a donné du courage pour continuer à avancer.

Abiké

Nous sommes tous les deux originaires de l’Ile de la Réunion. Mariés depuis deux ans, nous habitons Mouchamps et nous avons deux enfants, le premier a deux ans et le petit dernier est né au début de cette année.

Nous sommes venus habiter en France pour le travail car il est très difficile de trouver du travail à la Réunion.

Nous reconnaissons que nous nous sommes très bien adaptés à cette petite commune où on ne manque de rien.

Mais ici, nous l’avons constaté concrètement qu’on a tendance à retenir les faux-pas de l’autre plutôt que de porter attention aux bonnes actions.

Sinon le plus difficile pour nous reste quand même ces longs mois d’hiver, et
là ça nous change vraiment de la Réunion.

Laurence et Cédric

Mon prénom est Paul et voilà mon histoire. Je suis arrivé du Cameroun en 2003, c’est-à-dire que voilà plus de dix ans que je suis en France. Je suis venu vivre en Vendée pour rejoindre ma maman qui y vit depuis déjà de nombreuses années.

A mon arrivée en France, ce qui m’a le plus marqué, c’est le changement de climat ; surtout que je suis arrivé au mois d’octobre 2003 et j’ai découvert le froid qui s’installe vite, j’ai découvert aussi le changement d’heure.

Les gens sont sympas et accueillants, mais pas tous et pourtant je suis ouvert d’esprit et je crois que je suis simple envers les autres.

Venir vivre en France m’a surtout permis de retrouver les miens et bien sûr de me faire des amis et des collègues. Je suis chrétien et j’avais commencé ma préparation pour recevoir le baptême au Cameroun. Ma vie en Eglise m’a permis de continuer ici cette préparation dans une longue démarche mais avec le soutien d’amis et j’ai été baptisé par l’évêque Michel SANTIER.

Paul

Déclaration des évêques catholiques d’Europe en vue des élections européennes 2014

Le 25 mai 2014, nous serons appelés à élire les députés qui siégeront au Parlement européen. En tant qu’évêques, nous estimons qu’il est de notre devoir de proposer des orientations à l’électeur/électrice européen(ne) pour qu’il/ elle forme sa conscience. Pour ce faire, nous souhaitons attirer leur attention sur des questions importantes en les examinant à la lumière de la pensée sociale de l’Eglise.

Pour commencer, nous souhaiterions attirer l’attention sur quelques considérations d’ordre général :

1. Voter est un droit et un devoir pour chaque citoyen de l’UE. Plusieurs millions de jeunes citoyens voteront pour la première fois. Nous encourageons nos jeunes à faire entendre leur voix en s’impliquant dans le débat politique et surtout en votant.

2. Il est important que les candidats et les députés qui se représentent pour un mandat au Parlement européen soient conscients des dommages collatéraux causés par la crise économique et bancaire qui a débuté en 2008. Le Pape François a attiré l’attention de l’opinion publique sur la détresse de ceux qui étaient déjà pauvres et vulnérables, sans oublier ceux qui ont été jetés dans la pauvreté par la crise actuelle. Le nombre de « nouveaux pauvres » est en train de croître de manière alarmante.

3. Le message chrétien est un message d’espoir. Chaque citoyen, chaque communauté et même chaque Etat-nation doit être capable de mettre de côté ses intérêts particuliers en vue de la poursuite du Bien commun.

Nous aimerions également attirer l’attention de nos concitoyens sur certains domaines spécifiques des politiques de l’UE :

1. Un pilier de l’Union européenne, qui est également un principe de la doctrine sociale de l’Eglise, est celui de la Solidarité. Ce principe devrait guider les politiques menées à tous les niveaux de l’UE, entre nations, régions et groupes de population. Il nous faut construire un monde nouveau, qui soit centré sur la solidarité.

2. Il est fondamental de rappeler qu’à la base de toute politique sociale et économique se trouve une vision de l’homme enracinée dans un profond respect de la dignité humaine. La vie humaine doit être protégée de la conception à la mort naturelle. La famille, qui est la composante de base de la société, doit bénéficier de la même protection.

3. L’Europe est un continent en mouvement et la migration a un impact sur la vie des personnes et de la société. L’UE a une frontière extérieure commune. La responsabilité de l’accueil et de l’intégration des migrants et demandeurs d’asile doit être partagée proportionnellement entre les États membres. Il est crucial de traiter avec humanité les migrants à leur arrivée et que leurs droits humains soient scrupuleusement respectés, et que par conséquent, tous, y compris les Eglises, s’efforcent de garantir une intégration réussie dans les sociétés d’accueil sur le territoire de l’Union.

4. Nous sommes les gardiens de la création et nous devons accroître notre détermination à respecter et atteindre les objectifs d’émissions de C02, à promouvoir une conception globale des changements climatiques, à adopter une approche plus écologique.

5. La liberté religieuse est un élément fondamental d’une société tolérante et ouverte. Cette liberté comprend la liberté de manifester sa foi en public. Nous espérons que le Parlement européen qui sortira des urnes intensifiera ses efforts en la matière.

6. Nous soutenons toutes les mesures qui peuvent être prises pour protéger un jour de repos commun hebdomadaire, qui est le dimanche.

7. Dans les cinq prochaines années, le changement démographique aura un impact encore plus profond sur l’UE. Nous plaidons en faveur de nos concitoyens âgés, afin qu’ils aient accès au niveau et à la qualité de soins auxquels ils ont droit, et nous plaidons aussi pour la mise en place de politiques qui créent de nouvelles opportunités pour la jeune génération.

Nous, les évêques catholiques, plaidons pour que le projet européen ne soit pas mis en danger ni abandonné sous la pression des contraintes actuelles. Il est impératif que nous tous - hommes et femmes politiques, candidats, parties prenantes - nous contribuions à forger de façon constructive le futur de l’Europe. Nous avons trop à perdre si le projet européen venait à se disloquer.

Enfin, il est essentiel que nous tous, qui sommes des citoyens européens, nous nous rendions aux urnes le 25 mai prochain.

ECOLE DE PRIERE

pour tes 6-10 ans "Bondissez de joie, Louez le Seigneur » :
du vendredi 2 mai lOh au dimanche 4 mai 17h
lycée St Gabriel, St Laurent-sur-Sèvre

PÈLERINAGE DIOCÉSAIN

pour les jeunes (16-25 ans) du mardi 6 mai au samedi 10 mai - Lourdes

ORDINATION DIACONALE

de M. Patrick TRICOT dimanche 11 mai à 15 h - Église St Pierre, Les Herbiers

FORMATION BIBLIQUE

« Lettre de St Jacques une église pauvre pour les pauvres » mercredi 14 mai de 20h30 à 22h30 - Maison du diocèse St Paul, La Roche-sur-Yon

HALTE SPIRITUELLE

pour tous [bleu]« Le Christ Ressuscité : Seigneur de son Eglise
le rôle des témoins »[/bleu] samedi 17 mai de 9h30 à 16H30 - animateur père Antoine Gagnié -
centre spirituel Pierre Monnereau à Mormaison

DEBAT D’EN HAUT :

une émission de RCF Vendée pour les jeunes : jeudi 22 mai à 19h30
en direct dans les studio (62 rue Joffre), La Roche-sur-Yon

CONCERT de la chorale Arpège

le Samedi 17 Mai 2014 à 20h30 à l’église de Chantonnay

PELERINAGE A SAINTE ANNE D’AURAY :

dimanche 18 mai à Ste Anne d’Auray

Messes du dimanche entre le 01/051 2014 et le 27/05/2014

. Puyb, samedi Chant St Phil. StMars St Hilaire Sigour nais St VincP Bourn.
04/05/14 19h 11h
11/05/14 19h 11h 9h30 9h30
18/05/14 19h 11h Celé laïcs 10h30 1ère comm. 11h 1ère comm. 11h
25/05/14 19h 11h 9h30 9h30
29/05/14 11h 9h30

SÉPULTURES CÉLÉBRÉES SUR LA PAROISSE

25/03 Chantonnay Denise GUYARD
26/03 Chantonnay Anne PIVETEAU
27/03 Chantonnay Rémi DONNÉ
16/04 Chantonnay René PASCREAU
18/04 Chantonnay René PETITGAS
18/04 Bournezeau Pietrina TIMPANI
19/04 St Mars des Prés Marie-Hélène PROUX

BAPTÊMES CÉLÉBRÉS SUR LA PAROISSE

30/03 Puybelliard Juliette, fille de Eric BONNET et Elodie PETRAULT
Zélie, fille de Mickaël ALLÉTRU et Virginie HERBERT
06/04 Chantonnay Maël, fils de Alexandre CLOUET et Hélène MAURICE
Lena fille de Nicolas CHARRIEAU et Sandrine MEUNIER
Ombeline fille de Cédric MALLET et Angélique FUMOLEAU
20/04 Chantonnay Sacha fils de Nicolas PAQUEREAU et Marie LE BIHAN
Léontine fille de Cyril POIRIER et Sandrine JAUD
Liséa fille de Bruno BARBARIT et Marie-Laure BAUDET
Léane fille de Peter BRISTAULT et Emmanuelle GABORIEAU
20/04 Chantonnay Susie fille de Cyril AUGEREAU et Ingrid POTIER
Evann fils de Jérôme PRZENIECZNY et Céline PRÉAUD
Lalie fille de Jérôme PRZENIECZNY et Céline PRÉAUD

Annonces paroissiales

- Tous les lundis du mois de mai : chapelet dans l’église de Chantonnay

- Tous les mercredi du mois de mai à 11 h : chapelet dans l’église de Sigournais

- Le Secours Catholique de Chantonnay organise dans ses locaux, place Jeanne d’Arc un vide-grenier ouvert à tous le vendredi 16 de 14h30 à 18h et samedi 17 mai de 10h à18h. Il vous sera proposé vaisselle, objets de déco, petit ménager, petits meubles, vêtements, chaussures, articles de puériculture. Le produit de cette opération sera utilisé pour les aides d’urgence

- LITURGIE PAROISSIALE. Nous avons conduit, tout au long de cette année, avec ceux qui le désiraient, une réflexion sur la liturgie, son importance pour que vive la communauté paroissiale. Nous en arrivons maintenant au temps des propositions et des appels, pour une mise en œuvre renouvelée en septembre prochain. Les différents services offrent à chacun la possibilité de s’investir, selon ses goûts et capacités, pour le bien de la communauté paroissiale dans son ensemble.
Les équipes liturgiques en particulier veulent offrir la possibilité à tous ceux qui le désirent de réfléchir sur les textes du dimanche, sans se préoccuper des tâches à réaliser, écouter la Parole de Dieu, s’en nourrir pour en vivre. Si vous êtes prêts à faire cette découverte avec d’autres des textes bibliques, mais encore et autrement, à faire une lecture le dimanche, à vous investir dans l’accompagnement des enfants qui vivent la liturgie de la Parole, à animer les chants, à préparer la décoration florale, à maintenir propre les églises et beaucoup d’autres choses encore, n’hésitez pas à vous faire connaître à ceux qui sont déjà dans ces services, ou au presbytère. Merci à tous pour cet investissement au service de la liturgie paroissiale.

- Le dimanche 4 mai : journée René Giraudet (voir le bulletin d’avril)

- INTENTIONS DE MESSES du 1er au 31 Mai2014
Si vous souhaitez donner des intentions de messes pour le prochain bulletin
Veuillez le faire au plus tard le dimanche 11 mai 2014

A noter : Le calendrier des messes est régulier, pensez à bien vérifier vos dates avant de déposer votre demande. Sinon elle sera reportée au mois suivant