Bulletin d’octobre 2015

popularité : 55%

La signification du dimanche

Le dimanche, dans notre société, va-t-il devenir un jour comme un autre ?
En effet, on peut se demander quelles sont encore sa signification et sa particularité, quand des lois libéralisent de plus en plus le travail, permettent l’ouverture de magasins, facilitent les activités des zones touristiques sept jours sur sept ?
Mais aussi, quelle est la particularité du dimanche quand, avec l’évolution du temps de travail (35 heures, RTT,…), le temps libre occupe désormais, pour beaucoup, la plus grande part de la semaine et ne se cantonne plus sur une seule journée, ni même sur le week-end ?

C’est vrai que « l’homme ne vit pas seulement de pain » (Lc 4,4) mais il peut trouver, à d’autres moments que le seul dimanche, du temps pour se reposer, vivre en famille (si les moments de repos coïncident avec les autres, ce qui n’est pas toujours possible !), un espace de liberté et de détente.

Pour autant, le dimanche donne à la société un repère objectif, au-delà des emplois du temps de chacun, rappelant que l’homme ne se réduit pas à cette seule dimension économique et que, si la société a besoin de travail et de consommation, elle a aussi besoin de jeux, de fêtes, de conversations, de retrouvailles, de spiritualité... Et de bien d’autres choses encore !

En fait, écrit le pape François dans sa dernière encyclique (voir extrait plus loin), le dimanche permet de donner du sens. Pour les chrétiens, c’est, bien sûr, « le jour du Seigneur », le jour de la Résurrection du Christ, le premier jour de la semaine. C’est pourquoi l’eucharistie est au cœur du dimanche. La messe, le jour du dimanche, exprime tout le sens - c’est à dire à la fois la signification et la direction – de la vie des hommes.

Quand les chrétiens demandent le respect du jour du dimanche, ils pensent peut-être à eux et à cette eucharistie célébrée le jour du Seigneur, mais ils rendent également service à la société, afin qu’elle serve mieux encore la vie humaine, pour qu’elle soit toujours plus humaine !

Abbé Jean-Marie BOUNOLLEAU – Chantonnay

Vivre mon dimanche différemment

je travaille comme aide-soignant dans un Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) un week-end sur deux et certains jours fériés, ce qui m’empêche certaines fois de participer à la messe dominicale.

Mais je vis mon dimanche différemment, au service des personnes âgées en les accompagnant dans leurs gestes du quotidien, en priant et chantant avec elles, en regardant un passage de la messe à la télé.

Je vis mon métier comme une vocation et je n’attends pas le dimanche pour chanter ou prier avec les résidents.

Pour moi, une personne âgée qui retrouve le sourire grâce aux paroles réconfortantes que je lui murmure, c’est un dimanche de fête, quel que soit le jour de la semaine.

LUDOVIC - Chantonnay

Vivre le dimanche en famille

Le Dimanche est le jour de la Résurrection, c’est le jour où le Seigneur doit être encore plus particulièrement à la première place dans nos vies. Nous cherchons à Le Célébrer de différentes manières, la messe étant la priorité et le centre de notre journée. Nous essayons de vivre ce temps avec tous nos enfants, malgré de nombreuses sollicitations extérieures. Chacun tente de participer à la célébration selon ses talents : lectures, chants, service de l’autel … Nous incitons nos enfants à faire un effort vestimentaire afin d’honorer le Seigneur. Notre repas dominical tend aussi à être différent de ceux de la semaine, plus festif et partagé parfois avec des invités.

De plus, ayant à cœur que le Dimanche soit un jour de repos et de détente, promenades, bricolage, jeux, temps avec les amis, jardinage, sont des activités qui peuvent rythmer notre après-midi. Enfin, nous encourageons nos enfants à s’organiser dans leur travail et nous évitons de faire des achats, afin de libérer cette journée dominicale et d’être disponible les uns aux autres.

Aline et Daniel WALTER - Chantonnay

Le sport et la foi le dimanche matin

Concilier le sport et la foi le dimanche matin n’est pas toujours facile, même si le fait qu’il y ait une messe qu’une fois par mois dans chaque relais me déculpabilise un peu. Mais je pense que l’on peut avoir la foi et prier sans pour autant aller à l’église tous les dimanches matin (mon avis personnel).

Etant amateur de courses à pied, de nombreuses épreuves se déroulent le dimanche matin. Il m’est très fréquent de prier pendant une course, car il faut bien l’avouer il m’arrive de souffrir un peu de temps en temps, et là je pense et je prie non pas pour moi, mais pour ceux qui souffrent et qui, eux, n’ont rien demandé : les personnes âgées, les malades, les handicapés …

Pendant ces courses à pied, il y a aussi des encouragements, des rencontres, des sourires avec les autres coureurs ; tout cela ressemble au bonheur, et là quelle joie de remercier Dieu pour tout ce qu’il nous donne !

PR. – Saint Prouant

Le dimanche dans le commerce

Travailler le dimanche s’est imposé à moi il y a une vingtaine d’années ! Plus facile à accepter quand le conjoint travaille aussi le dimanche. Du coup, les enfants ont grandi avec cette organisation de travail … et ne semblent pas en avoir « souffert »
.
Par contre, il est parfois difficile à l’entourage de comprendre ce rythme de travail, à l’heure des 35 heures et des RTT. Cela permet d’avoir du temps libre dans la semaine, mais avec l’impression d’être parfois en décalage par rapport aux autres.

ISABELLE - Mouchamps

Pour ma part, j’ai choisi le commerce avec les inconvénients qui vont avec les horaires. Il est vrai qu’en ce qui concerne les enfants, lorsqu’ils étaient petits, ça n’a pas été toujours simple, mais mon mari a assuré et assure encore !

L’ouverture le dimanche dans une épicerie de proximité est logique et indispensable, contrairement aux grandes surfaces qui, elles, n’ont pas besoin de ce jour supplémentaire pour perdurer (je pense !). Mais là, c’est un autre débat …
Pour moi, travailler le dimanche n’est pas forcément une contrainte, si j’ai des collègues responsables avec lesquelles nous arrivons facilement à nous arranger vis-à-vis du planning.

Ne plus bosser le week-end serait le top, mais on ne peut pas tout avoir, surtout de nos jours !

NADIA - Mouchamps

Gérante d’une supérette alimentaire et presse de proximité, pour moi il est évident d’ouvrir le dimanche matin.

La clientèle du dimanche, ce sont parfois des clients que l’on ne voit pas la semaine
… Ils sont plus « cools », ils ne sont pas pris par la tourmente du travail et de l’école ; le temps d’échange est plus large et donc plus diversifié.

A cette saison, ce sont les chasseurs qui sont à l’ouverture du magasin.

Evidemment, pour moi, c’est toujours compliqué d’organiser des fêtes de famille, de recevoir des ami(es) ou de répondre à une invitation : on arrive après les autres, et il faut repartir les premiers le samedi soir.

CAROLE – Ste Cécile

Encyclique du pape François, « Laudato Si’ », n°237


« Le dimanche, la participation à l’Eucharistie a une importance spéciale. Ce jour, comme le sabbat juif, est offert comme le jour de la purification des relations de l’être humain avec Dieu, avec lui-même, avec les autres et avec le monde.

Le dimanche est le jour de la résurrection, le ‘‘premier jour’’ de la nouvelle création, dont les prémices sont l’humanité ressuscitée du Seigneur, gage de la transfiguration finale de toute la réalité créée. En outre, ce jour annonce « le repos éternel de l’homme en Dieu ». De cette façon, la spiritualité chrétienne intègre la valeur du loisir et de la fête. L’être humain tend à réduire le repos contemplatif au domaine de l’improductif ou de l’inutile, en oubliant qu’ainsi il retire à l’œuvre qu’il réalise le plus important : son sens. Nous sommes appelés à inclure dans notre agir une dimension réceptive et gratuite, qui est différente d’une simple inactivité. Il s’agit d’une autre manière d’agir qui fait partie de notre essence. Ainsi, l’action humaine est préservée non seulement de l’activisme vide, mais aussi de la passion vorace et de l’isolement de la conscience qui amène à poursuivre uniquement le bénéfice personnel. La loi du repos hebdomadaire imposait de chômer le septième jour « afin que se reposent ton bœuf et ton âne et que reprennent souffle le fils de ta servante ainsi que l’étranger » (Ex 23, 12). En effet, le repos est un élargissement du regard qui permet de reconnaître à nouveau les droits des autres. Ainsi, le jour du repos, dont l’Eucharistie est le centre, répand sa lumière sur la semaine tout entière et il nous pousse à intérioriser la protection de la nature et des pauvres. »

 Paroisse St Pierre des Deux Lays





Mois du Rosaire : chapelet tous les mercredis à 11h dans l’église de Sigournais et dans l’église de Chantonnay le lundi à 15h.

 «  Formation au regard pastoral et missionnaire » Cette formation, en 5 soirées, de novembre 2015 à mars 2016, s’adresse aux personnes du doyenné de Chantonnay – Les Essarts, ayant une responsabilité en pastorale (accueillants au presbytère, accompagnants des familles en deuil, membres du Conseil de Paroisse, des équipes d’animation des Communautés Chrétiennes de Proximité, des équipes de préparation aux sacrements…). Renseignements et inscription au presbytère.

 Dimanche 4 Octobre : Rassemblement des familles pour le lancement de la catéchèse dans l’église de Chantonnay à partir de 10h. Une invitation sera envoyée à chaque famille concernée.

 Mardi 6 octobre 20h30 : Espace St Vincent de Paul, temps de rencontre et de réflexion pour les parents des enfants en âge d’éveil à la foi.

Session de doyenné. Les équipes pastorales des paroisses du doyenné se retrouvent le mardi 13 octobre pour un temps de travail commun avec, comme point de départ de la réflexion, l’encyclique du pape sur « la préservation de la maison commune ».

 Samedi 17 octobre «  Vivre la planète aujourd’hui et demain » (voir article 713).

Réunion des accueillants au presbytère, mardi 6 octobre, 14h30, espace St Vincent de Paul.

Réunion des membres des équipes liturgiques de la paroisse, le mardi 20 octobre, 20h, à l’espace St Vincent de Paul. Nous ferons le point, après un peu plus d’un an de fonctionnement et la nouvelle organisation.

Samedi 24 octobre : de 18h à 19h30 à l’espace St Vincent de Paul, place Jeanne d’Arc à Chantonnay : rencontre de présentation du parcours de préparation au mariage, destinée aux futurs mariés de l’année 2016.

 Dans le prochain bulletin, vous trouverez les documents pour la collecte paroissiale et pour le réabonnement au bulletin 

Si vous souhaitez donner des intentions de messes pour le prochain bulletin
Veuillez le faire au plus tard le dimanche 11 octobre 2015
Rappel : L’offrande demandée pour une messe est de 17,00€

A noter : Le calendrier des messes est régulier, pensez à bien vérifier vos dates avant de déposer votre demande. Sinon elle sera reportée au mois suivant